Ma méthode pour améliorer ma productivité

Fervent admirateur des idées de Leo Babauta, et généralement en accord avec ses écrits, la lecture de ce texte http://zenhabits.net/productivity/ m’a laissé perplexe. Pour ma part, il me semble que la productivité est surtout affaire de motivation, et qui dit motivation dit considération de l’importance de la tâche à accomplir par rapport aux objectifs à atteindre, et volonté d’y arriver. Je vous laisse en juger après la lecture de cet article.


Vous pouvez lire des livres entiers sur la productivité, des dizaines de blogs, et mettre en œuvre une demi-douzaine de systèmes de productivité différents. Mais à la fin de la journée, vous n’auriez rien fait d’important.

La vérité est que la productivité est assez simple, en théorie. Même si vous avez une quantité énorme de choses à faire, les étapes ne sont pas difficiles à comprendre :

  1. Choisissez quelque chose d’important sur lequel travailler (une tâche de votre projet le plus important, par exemple). Ce que vous choisissez ne compte pas vraiment, parce que vous ferez le reste bientôt.

  2. Concentrez-vous exclusivement sur cette tâche pendant un moment, finissez-la si vous le pouvez.

  3. Choisissez une autre tâche importante après celle-là, et recommencer.

Et bien sûr, faites des pauses. Allez-vous promener. Faites un peu de yoga. Méditez. Mangez quelque chose de sain. Sortez. Mais quand vous allez travailler, concentrez-vous sur quelque chose d’important, et essayez de le faire intégralement. Vous pourriez penser que vous avez trop de choses à faire, mais en fait, tout ce que vous pouvez vraiment faire est de vous concentrer sur une chose à la fois.

Donc, si c’est si simple, pourquoi ne le faites-vous pas ? Par peur.

Certaines des craintes qui freinent la réalisation des étapes ci-dessus pour être productif sont la peur de l’échec, l’incertitude, l’incompétence, l’inconfort, la perte de contrôle.

En fait, nous craignons réellement une seule chose : la perte de contrôle, d’assurance, de sécurité, de confort. C’est toujours la même chose (l’assurance). Toutes nos craintes viennent de là.

Nous ne voulons pas ressentir ces craintes. Donc nous les évitons, en essayant d’obtenir le contrôle, la sécurité, le confort, en se distrayant avec des sites d’informations, les médias sociaux, des vidéos de chat, des e-mails, des SMS. Nous essayons de prendre le contrôle en évitant les tâches importantes et en exécutant des tâches de moindre intérêt, telles que nettoyer, faire des courses, ranger, trouver un nouveau système pour être productif. Tout pour éviter l’incertitude.

Alors maintenant, nous nous attelons à ma méthode de productivité la plus importante. Plonger dans l’incertitude.

  1. Commencez par vous fixer une tâche importante. Chacun peut le faire. Lorsque vous remarquez que vous vous laissez distraire, revenez en arrière, et fixez-vous à nouveau sur cette tâche.

  2. Focalisez-vous sur cette tâche, et seulement cette tâche. Essayez de la terminer, ou au moins de travailler dessus pendant 10-15 minutes sans interruption.

  3. Lorsque vous remarquez que vous vous laissez distraire, faites une pause. Prenez conscience de la peur de l’incertitude. Respirez.

  4. Explorez ce sentiment. Voyez comment il s’installe dans votre corps. Restez avec ce sentiment physique pendant une minute, et apprenez à le maîtriser malgré cette peur de l’incertitude. Il y a une bienveillance fondamentale dans votre cœur qui sera toujours présente, même si vous ne savez pas comment cette tâche ou ce moment va se terminer.

  5. Plongez dans cette tâche, même avec ce sentiment de peur en vous. Il est normal d’être conscient de cette peur, et de travailler malgré tout sur cette tâche importante.

Voilà. Soyez conscient de la peur, ne la craignez pas, explorez-la avec curiosité, et faites votre travail important malgré tout.

Vous vous laissez aller à craindre la peur, vous vous laissez distraire, à plusieurs reprises. Mais c’est au moment où vous déciderez de ne pas craindre la peur, que vous aurez vraiment développé la compétence qui va changer votre vie.


Et vous, qu’en pensez-vous?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *